Mais au fait, a t’il plu cet été?
A écouter les médias et à lire les différentes parutions basées sur des chiffres pourtant fiables, nous sommes persuadés que nous avons connu une saison estivale extrêmement sèche. Le nombre d’arrêtés sécheresse a été très important et toute la France a été concernée. Pourtant, selon l’analyse des chiffres communiqués par Météo France, l’été 2017 a été quasi conforme aux moyennes avec un “déficit moyen de 10% “seulement”. Bien sûr, des disparités sont présentes et les quelques régions fortement impactées sont montrées en exemple comme impact du dérèglement climatique. Il ne reste plus qu’à y associer des éléments à la symbolique forte (arrêtés sécheresse en Bretagne et Normandie) pour nous convaincre que pas une goutte d’eau n’est tombée cet été sur la France.

  Bilan climatique de l’été 2017 – source Météo France
“La pluviométrie a été en moyenne sur le pays et sur la saison déficitaire* de près de 10 % avec toutefois des disparités géographiques importantes. Proche des normales en de nombreuses régions, les précipitations ont été déficitaires de plus de 10 % en Alsace et Franche-Comté, sur les Hauts-de-France et la Haute-Normandie. Le déficit a atteint 30 % sur le Languedoc-Roussillon, 50 % en Provence – Alpes – Côte d’Azur et près de 70 % en Corse. En revanche, les cumuls de précipitations ont été excédentaires de 5 à 10 % en Aquitaine, Champagne-Ardenne et Auvergne, voire de plus de 10 % en Île-de-France.
Cet été a marqué par une quasi-absence de pluie sur les régions méditerranéennes et un déficit proche des records sur la Corse. Ce déficit associé aux fortes températures a ainsi contribué à une sécheresse des sols superficiels exceptionnelle en Provence – Alpes – Côte d’Azur et en Corse.
Étiquettes : , ,